Les cafards galonnés ou le retour des miliciens revanchards

Les cafards galonnés ou le retour des miliciens revanchards gcwri06rNous avons appris récemment, grâce à la presse régionale, qu’un certain nombre de blaireaux [Manière de dire car un blaireau est infiniment plus respectable qu'une raclure de bidet qui rêve d'être justicier] en Creuse et dans d’autres départements étaient devenus officiers de la « réserve citoyenne de la gendarmerie » !
Kesaco la « réserve citoyenne de la gendarmerie » ?

Il s’agit d’un corps de création récente (2001), qui jusqu’ici a fait peu de bruit et dont nous n’avons pas entendu parler, y compris dans la presse contestataire.

Cette réserve vient compléter la réserve « opérationnelle », là où se retrouvent tous les militaires qui ne sont pas morts à la guerre, ceux que Boris Vian décrivait ainsi: « Le combattant qui ne s’est pas fait tuer garde en lui-même une mentalité de raté ; il aura à coeur de compenser cette déficience et contribuera donc à préparer la suivante ; or, comment voulez-vous qu’il la prépare bien, puisqu’il s’est tiré de la précédente et que, par conséquent, du point de vue de la guerre, il est disqualifié ? »

Voici comment est définie cette réserve dans les textes officiels [Tous les textes en italiques sont issus des sites officiels de l'Etat et de la gendarmerie.]

La réserve citoyenne est la deuxième composante des réserves après la réserve opérationnelle. Elle est composée d’anciens militaires d’active ou de réserve ainsi que de volontaires recrutés dans la société civile. Les réservistes citoyens sont des bénévoles agréés par l’autorité qui mènent des actions visant à faire connaître la gendarmerie. Sous certaines conditions, les réservistes citoyens peuvent fournir un renfort nécessaire à la réserve opérationnelle.

Analogue à la réserve opérationnelle, la réserve citoyenne n’assure toutefois pas de mission en temps de paix. Sa vocation est alors davantage d’entretenir l’esprit de défense et de renforcer le lien armée-nation.

Mobilisable en cas de besoin, elle peut fournir des renforts à la réserve opérationnelle.

En fonction des besoins des forces armées, l’autorité militaire peut faire appel aux volontaires de la réserve citoyenne pour, avec leur accord, les affecter dans la réserve opérationnelle.

L’actuelle réserve citoyenne sera transformée en « volontariat de la sécurité nationale » afin de permettre à ses volontaires de contribuer à l’encadrement de la journée d’appel de préparation à la défense, aux actions de rayonnement des armées, à la politique de mémoire et à celle de sécurité nationale. Ils pourront également être sollicités en cas de crise grave sur le territoire national.

« Ils pourront également être sollicités en cas de crise grave sur le territoire national. »

Vous avez bien lu, il ne s’agit pas de défendre le merveilleux territoire de « notre » glorieuse nation contre l’invasion des hordes sauvages d’ennemis étrangers. Non, il s’agit de crise grave sur le territoire national. De toutes façons, les compétences de la gendarmerie se limitent au territoire national, c’est l’armée de l’intérieur, celle qui brise les grèves et mate les révoltes. Nous voici donc dotés d’une milice civile, paramilitaire, prête à aider les uniformes à rétablir l’ordre.

Alors comme ça, y’en a des qui n’ont jamais fait leur service et qui sont tellement frustrés, qui rêvent tellement d’épouser la Grande Muette, qu’ils sont volontaires pour renforcer le lien « armée-nation » et à l’occasion casser du contestataire ! Je savais avoir à supporter des concitoyens, mais cons à ce point j’imaginais pas, le « citoyennisme » poussé à cette extrémité, chapeau !

Prenez la peine d’aller sur leur site Internet, les débats sont de haute tenue: l’uniforme des réservistes citoyens doit-il ressembler à celui des réservistes opérationnels ? Ben non mon couillon, y en a qui sont des vrais des durs des tatoués et d’autres qui sont rien que des militaires d’opérette !

Au premier degré, ce désir d’avenir et de galons qui habite certains obsessionnels de l’ordre établi peut prêter à sourire, voire à se foutre franchement de leur gueule, mais à y bien réfléchir ça donne plutôt des frissons dans le dos. Il s’agit d’une pierre de plus dans la construction d’une société hyper-sécurisée, on met en place des milices dormantes, prêtes à se réveiller au premier coup de clairon, en même temps que la police ouvre des sites Internet dédiés à la délation, où chacun peut dénoncer son voisin sans être obligé d’écrire une lettre anonyme en capitale d’imprimerie pour cacher son écriture, qu’on puce les gamins avec des GPS et que le bracelet électronique voit son utilisation s’élargir sans limites.

Tout se passe comme si pour atteindre le « Meilleur des mondes » décrit par Aldous HUXLEY, où la domination de quelques-uns sur le plus grand nombre est gravée dans l’ADN suite à des manipulations génétiques, il fallait que l’on passe par une phase du style « 1984″ de George ORWELL, âge d’or du contrôle policier.

Comment se débarrasser des armées, des polices et des nations ?

Patrick FAURE
(article paru dans Creuse-Citron, le journal de la Creuse libertaire.)

1 commentaire à “Les cafards galonnés ou le retour des miliciens revanchards”


  1. 0 Alayn 17 fév 2010 à 1:06

    Bonsoir ! Merci pour cette reprise et que tourne l’info !
    Je vous met en lien sur « anarchie23″.

    Salutations Anarchistes !

    Répondre

Laisser un commentaire


Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE