Des nouvelles de Paul !?

Des nouvelles de Paul !? 2092523764Tiens, ça fait longtemps que je n’avais pas été voir chez Paul, enfin l’autre jour, j’avais essayé, mais leur serveur était en rade et disait des gros mots dès que je prétendais consulter les offres d’emploi.  

Bon, je reconnais que prétendre trouver une offre d’emploi intéressante chez Paul, faut être un peu beaucoup énormément crétin, mais j’assume ma crétinitude. Je regarde. Des fois que… Sait-on jamais.

Déjà quand ils s’appelaient ANPE les bougres, j’avais bien remarqué que, l’emploi étant leur métier, ils ne faisaient pas très bien la différence entre un gardien de but et un gardien de prison, un administrateur de réseaux et un administrateur de biens, un ingénieur en sécurité informatique et un vigile de supermarché, mais bon, c’est des choses qui arrivent, leur boulot c’est l’emploi, c’est pas non plus comme s’ils devaient comprendre en quoi consistent les métiers pour lesquels il sont censés faire l’agence matrimoniale, hein…

Bon, du temps ayant passé sous les ponts, je regarde aujourd’hui, ben mon gars, ça reste comme avant.

Déjà tu repères l’offre ANPE, pardon, Paul Emploi à l’emploi exclusif des MAJUSCULES, probablement parce que Paul doit être le seul organisme de France à posséder des imprimantes à chaîne n’imprimant que les majuscules, chose que j’avais été fort esbaudi de remarquer il y a quelques années, si, si, on trouvait encore des imprimantes à chaîne dans les musées, et pour les courriers de l’ANPE.

Ben je ne sais pas comment ils impriment aujourd’hui, MAIS ILS MAJUSCULENT TOUJOURS.

Bon, après, j’ai fait l’effort de chercher mon « nouveau » code ROME, vu que chez Paul, on ne saurait te trouver un emploi que si on l’affuble auparavant d’un code numérique,[1] donc bon, je dois être « M1802 » je pense…

Muni de ce code, je me lance alors audacieusement dans une recherche, si, d’après ce beau « M1802« , et cette recherche de me ramener au hasard :

  • Des postes dont le descriptif n’a visiblement rien, mais alors rien, à voir avec un « M1802«  ;
  • Des postes dont le descritptif ne permet vraiment pas de deviner s’il s’agit d’un « M1802« , d’un dompteur de morpions ou d’un pyrograveur d’allumettes, ni d’ailleurs où se situe le poste, ni du type de contrat, ni de combien c’est payé, ni même de si c’est payé, quand on y réfléchit…
  • Un poste qui semble correspondre, en CDD de 2 mois dans une entreprise de « zéro à deux salariés », dont le salaire indicatif doit correspondre à celui d’un foutebôleur de l’équipe de France, doit y avoir comme une erreur à mon avis ;
  • Et un autre poste qui est apparemment dans l’informatique quoique certainement sous un autre code « Rome » que celui sous lequel il apparaît, en CDI à temps complet (paraît-il) avec un salaire exprimé en taux horaire dont rien ne permet de savoir s’il est brut, net, ou corrigé des variations saisonnières, mais je suppose dans tous les cas de figure au vu du chiffre, quelle que soit la monnaie dans lequel il est exprimé, qu’il ferait hurler de rire une femme de ménage ;
  • Plus quelques autres postes et formations situés en « Île de France » quand tu as demandé Montpellier, ce qui est farpaitement logique.

Une fois tous ces beaux emplois trouvés, tu constates alors qu’il est impossible de postuler directement ou de contacter les entreprises en question, mais que tu peux le faire seulement via une « télécandidature » par le truchement d’un « conseiller », télécandidature qui nécessite avant tout que tu saisisses ton petit numéro de chômeur pour accéder à ton dossier

Ah t’es pas inscrit comme chômeur ? Bon, tant pis pour toi. Des boulots de cette qualité, c’est que pour les chômeurs, espèce de salopard qui voudrait retirer le pain de la bouche des chômeurs !

Bon, chez Paul, euh, ce qui est bien, c’est que plus ça change, plus rien ne change…

Le foutage de gueule élevé au rang d’oeuvre d’art – et quand tu es inscrit, tu constates aussi l’art consommé qu’ils ont de te faire perdre ton temps à toutes sortes de sessions, réunions, et autres absurdités qui ont certes l’avantage de t’empêcher de passer tes journées à boire tes allocs, mais surtout la caractéristique première de ne jamais te donner la moindre chance de trouver le moindre emploi qui corresponde de près ou de loin à tes recherches ou tes qualifications.

Tiens, la dernière fois que j’étais chômiste, pour être sûrs que j’avais vraiment les qualifications que je prétendais avoir (des fois que, hein…), ces braves gens m’envoyèrent de force passer une journée à faire un « bilan » chez un sous-traitant privé – de daube mais pour qui le chômeur semblait être un gibier fort rentable – « bilan » qu’ils m’avaient vendu en m’expliquant à quel point son résultat leur permettrait de me proposer pile-poil le boulot exactement fait pour ma pomme… Enfin quand ils auraient reçu le résultat, c’est-à-dire 2 mois après que j’aie fait ledit « bilan« , imaginez si mon impatience fut vive ! …et quand ils me reconvoquèrent 2 mois plus tard ce fut pour me dire qu’ils avaient bien trace dans leur système informatique que j’avais effectivement fait ce « bilan » et obtenu d’excellents résultat, mais que le dossier de mes résultats détaillés s’était perdu et que donc ils n’avaient qu’une ligne de titre en MAJUSCULES dans leur système pour prouver que j’y étais bien allé et avais eu de bons résultats mais lesquels, mystère – mais que si je voulais refaire le bilan, on pouvait faire une demande, pas de problème… Mais que non, un budget formation, y’avait pas, et d’autant moins que mes supposés bons résultats montraient que je n’avais pas besoin de formation dans ma branche, que de toute manière le conseil général ne finançait pas, mais que si je voulais une formation de maître d’hôtel, par contre, ça pouvait se faire… Comment ? Je ne voulais pas « maître d’hôtel«  ? Finalement ils me confièrent aux bons soins d’une « assoce » d’accompagnemment pour chômeurs dépressifs, qui avait l’avantage majeur que pendant que j’était censé être chez cette assoce, au moins, je n’étais plus convoqué chez Paul, ce qu’effectivement je trouvais déprimant.

Arghhhh…

Bon, chez Paul, on dirait que ça n’a pas trop chanché…

 

Notes

[1]Pour ceux qui croient encore aux vertues du travail, même que quand j’étais petit, à l’ANPE, ils avaient beaucoup de mal à me trouver du boulot, vu que le code ROME de mon boulot n’existait pas encore, et que dans ces conditions, hein, comment-veux-tu trouver un boulot qui n’a pas de code ?

 

Swâmi Petaramesh

0 commentaires à “Des nouvelles de Paul !?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE