Pourquoi être végetarien-ne/végetalien-ne??

Le 20 mars était la date de la journée mondiale sans viande…

Cette journée vise avant tout à provoquer une réflexion quant à la légitimité de la consommation de viande. En effet, la viande n’est pas un produit de consommation à mettre sur le même plan que les produits alimentaires d’origine végétale puisqu’il implique la production, l’élevage, le transport puis la mise à mort d’un être dont la sensibilité n’est plus remise en question par la majorité d’entre nous (et est admise par le corps scientifique). La preuve ; couper une pomme en deux est beaucoup plus facile psychologiquement que de saigner un poulet.

La remise en question grandissante de la consommation de viande et le nombre croissant de végéta*iens dans le monde sont liés à plusieurs facteurs.

D’une part, la plupart des gens s’accordent pour dire que les méthodes actuelles d’élevage sont révoltantes. Parce qu’avec l’étendue du système capitaliste, les animaux ne sont plus considérés que comme des machines à transformer des protéines végétales en protéines animales, à qui l’on accorde le minimum de bien-être possible (par soucis de rentabilité) et que l’on abat lorsque la production n’est plus assez importante. À cela, on peut ajouter la pénibilité du travail dans les abattoirs – où les taux de suicide et de renouvellement de personnel sont parmi les plus élevés. Qui aimerait travailler à la chaine dans un abattoir ?

D’autre part, la production de viande a un impact non négligeable sur l’environnement (émission en masse de gaz à effet de serre, production et importation de tourteaux de soja en Amérique du Sud pour nourrir les bovins européens..) et consiste en un gachit considérable : produire une protéine animale nécessite l’utilisation de sept protéines végétales

On peut répondre à cela que les ruminants, contrairement à l’humain, sont capables de valoriser l’herbe et le foin ce qui en plus permet le maintien d’espaces ouverts (les prairies). Cependant, la grande majorité des animaux d’élevage ne sont pas nourris à l’herbe (du moins, pas exclusivement) et consomment en masse des céréales / légumineuses qui en plus sont souvent produites hors du pays voire du continent de consommation. Le foin donné hors période de pâturage, s’il était restitué au sol, permettrait de limiter la fertilisation des terres. Et même si les animaux présentent un intérêt agricole (pâturage, fertilisation grâce au fumier en agriculture biologique), leur utilisation n’apparait pas comme nécessaire. Et qu’est-ce qui justifie que l’intérêt environnemental (présence de prairie) passe avant l’intérêt des bovins / ovins pâturant ?

Enfin la consommation de viande n’est absolument pas nécessaire à un être humain pour vivre. Au contraire, une consommation excessive (plus de quelques fois par mois) serait à l’origine de maladies cardio-vasculaires, cancers du côlon… L’alimentation végétale peut, à elle seule, apporter tous les éléments nécessaires pour vivre et ce en quantité suffisante. Par exemple, un plat principal constitué d’un quart de légumineuses (lentilles, soja, pois..) et de trois quart de céréales (riz, blé, maïs, épeautre, quinoa…) apporte suffisamment de protéines et ce de façon équilibrée en acides aminés. Évoluer vers une alimentation à tendance végétale permet la découverte de nouveaux aliments, de nouvelles saveurs et façon de cuisiner…

                                                                                                                          Une végetalienne

0 commentaires à “Pourquoi être végetarien-ne/végetalien-ne??”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE