• Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

Archives pour septembre 2010


12

Et si le 15, bin on y allait pas?

    Dans leur grande mascarade pour contre la réforme des retraites, syndicats institutionnels, partis de toute la gôche, associations à leur botte, et tout le tralala nous proposent une journée d’inaction demain.

    Mais alors c’est quoi cette fois ci? Bin rien en fait, ou comme d’hab’… On se ballade parce que le 15, c’est le jour où la loi est votée… C’était avant qu’il fallait s’inquiéter non? « Mais on l’a fait, on a fait plein de manifs d’abord ». Ah pardon alors, désolé…

    Le 15, à Clermont, y’a une promenade avec information à la population. Mais évidemment, à part quelques boites, pas de préavis de grève… Alors qui va se balader??? Les permanent-e-s syndicales-aux, voir nos « camarades » du collectif jaune jeune (des MJS à AL Branche Jeunesse) qui auront pas cours. Et après, direction le 23, youpi !

    Bin nous, on a décider de pas y aller à cette blague. C’est en haut que ça doit bien rigoler en tout cas. 

    La lutte, c’est pas contre la réforme, ou pour les retraites qu’il faut la mener. C’est contre le travail en général,contre le salariat. Bin oui mais qui paiera nos permanent-e-s si il y a plus de salariat…??

   « Si le travail était une bonne chose, les riches le garderaient pour eux/elles »

                                                            

                                                                                                             Ce court texte reflète la position des militant-e-s anarchistes ou anarchosyndicalistes clermontois-e-s

 

 


Rentrez chez vous, on s’occupe de tout…

    A l’appel de la section clermontoise de la CNT AIT, appel relayé par le groupe Abel Paz de la FA, plus d’une vingtaine de personnes se sont retrouvées, drapeaux rouges et noirs ou noirs au vent. 

   Nous nous sommes d’abord calé-e-s devant FO, et une bonne partie des numéro de rentrée d’ « Anarchosyndicalisme ! » sont partis malgré la pluie. Puis nous avons voulu nous écarter des partis et des syndicats. Dès que possible, nous nous sommes écartés de la manif, mais pas simple. Que dire de plus, rien, juste une autre manif. Quelques personnes sont venues nous parler ou nous demander des journaux en nous écoutant beugler. Rien d’autre. Ah si, accrochage verbale avec un gorille du PS, pas heureux de se faire traiter de « collabo » apparemment.

   Arrivé-e-s à Jaude, on remarquera que les discours, c’était chacun pour soi. La CGT avant que les autres arrivent, sûrement pour mener les masses serviles par essence vers le soleil radieux du communisme. FO ensuite. Et Solidaires (SUD) tout seul. Et ça dit grève générale dans l’unité syndicale… Quelques militants anarchosyndicalistes ou autonomes ont pris la parole pendant ce temps là.

   Puis on a décidé que bin non, on va pas attendre un mois (pars lancé pour le 16 octobre). Mais on en a rien à foutre de l’intersyndicale ou du collectif lancé par la Fondation Copernic d’ATTAC. De la présence anarchosyndicaliste et anarchiste est en route. Seule la Résistance Populaire Autonome nous permettra d’abattre l’Etat et le capitalisme. Pour en savoir plus, contactez les organisations concernées.

 

« NI INTERSYNDICALES

 NI DIALOGUE PATRONAL

 GUERRE SOCIALE

 CONTRE LE CAPITAL »

Communiqué pour mardi 7

A toutes celles et ceux qui luttent contre l’État et le capitalisme. Aux « anarchistes », organisé-e-s ou autonomes. A toutes celles et ceux qui en ont marre que depuis des décennies, les syndicats, tout les syndicats, nous baladent de promenades en « journées d’actions ». A celles et ceux qui pensent que 60 ans, c’est déjà beaucoup trop; Qu’on ne peut réformer le système capitaliste, mais seulement l’abattre. A toutes celles et ceux là, nous appelons à quitter les cortèges institutionnels des partis de gôche (du PS au NPA) et de leurs syndicats (de la CFDT à Solidaires). Nous vous appelons pour vous joindre à nous. Pour la Résistance Populaire Autonome. Pour la lutte des classes. Pour la guerre sociale. Rejoignez-nous mardi 7 à partir de 9h, Place de la Fontaine  à Montferrand, pour un cortège autonome et anarchosyndicaliste. Pour ne pas rentrer chez soi après la manif.

  

                                       « L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes »

Salutations anarchosyndicalistes, AG de la CNT-AIT 63

RETRAITES : RIEN N’EST A NEGOCIER !

Ce qu’ont compris celles et ceux qui ont défilé et fait grève tant le 15 que le 24 juin 2010, ce qu’ils ont refusé d’admettre, c’est que le projet Sarko-Chérèque ne vise à rien d’autre que de nous imposer ce que nos anciens appelaient la « retraite des morts » : on se crève au boulot et on casse sa pipe … Il faut savoir que l’espérance de vie en bonne santé n’est que de 63 ans pour les hommes et 65 ans pour les femmes ! Le 5 mai 2008, sur France-Inter, à l’occasion du premier anniversaire de l’élection de son idole, Hortefeux justifiait la contre- réforme des retraites en expliquant qu’à l’immédiat après-guerre, le système des retraites versait une moyenne de sept années de pension, et qu’on en était désormais à vingt ! Le capitalisme est contenu tout entier dans ces propos cyniques : un individu n’a le droit de vivre que s’il est productif, malheur à lui s’il ne l’est plus !

Face à la barbarie capitaliste, les anarchistes choisissent de se battre non pour atténuer à la marge la servitude du travail, mais pour abolir le salariat en faisant disparaître la propriété privée des moyens de production et de distribution qui engendre le parasitisme des possédants et de l’Etat. La société à créer de toute urgence doit tout à la fois garantir la redistribution égalitaire des richesses produites, assurer la satisfaction des besoins matériels et intellectuels , mettre en place des solidarités tout au long de la vie et faire fonctionner des services publics. Tout l’inverse des plans de rigueur, d’austérité, d’ajustement structurel imposés par les pouvoirs tant de droite que de gauche ( socialistes en Grèce, Espagne, Portugal, conservateurs en France, Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, la liste n’est pas limitative…). Qui peut croire un seul instant que, si nous balayons les affameurs qui ne vivent que pour le remboursement de leurs créances, l’activité économique de l’humanité n’est pas suffisante pour vivre dans une raisonnable aisance, loin de la gabegie et de la surconsommation ? N’en déplaise au gouvernement et au MEDEF, il n’existe pas de consensus autour du recul de l’âge à la retraite, personne n’en veut ! N’en déplaise aux social-démocrates politiques ( qui vont du PS à l’extrême gauche trotskiste), n’en déplaise aux réformistes syndicaux et autres partisans de la taxe Tobin, il n’existe pas de consensus pour une autre réforme, prétendument plus juste parce qu’elle demanderait une plus grande contribution au capital, personne n’en veut !

Désormais, la situation est claire : si nous ne faisons rien, le capitalisme entraînera la planète entière sur la pente du creusement des inégalités sociales ; la question, dès lors, est de savoir comment il faut agir. Pour la Fédération anarchiste, la riposte doit être proportionnée à la gravité des attaques. Faut-il attendre 2012 et le résultat des élections ? Le mal sera fait et ne sera jamais réparé. Faut-il défiler sagement à chaque journée d’action sous les regards goguenards du gouvernement et des patrons ? Nous ne gagnerons pas davantage qu’en 2003. Il n’y a pas de solution autre que l’expropriation des outils de production, des lieux de vie, pas d’autre perspective que de les gérer par nous-mêmes et pour nous-mêmes , pas d’autre moyen pour y parvenir que de s’organiser en rejoignant la Fédération anarchiste !

GREVE GENERALE EXPROPRIATRICE ET GESTIONNAIRE,

REVOLUTION SOCIALE ET LIBERTAIRE !

 

Le Groupe Abel Paz de la FA appelle ses militant(e)s et sympathisant(e)s  à rejoindre le cortège libertaire de la CNT-AIT, qui partira mardi matin à 9h30 de la place de la Fontaine à Montferrand.

Communiqué

« Ce sont donc les peuples qui se laissent, ou plutôt se font garrotter, puisqu’en refusant de servir, ils briseraient leurs liens. »
Étienne de La Boétie – Discours de la servitude volontaire.


- casse du système des retraites,
- hôpitaux surchargés,
- casse de La Poste,
- diminution du nombre d’enseignants,
- chômage de masse,
- augmentation du travail précaire,
- renforcement des contrôles,
- restriction des libertés publiques,
- suicides et maladies professionnelles en hausse,
- pathologies et cancers liés aux diverses pollutions,
- attaques racistes contre les minorités au plus haut sommet de l’Etat,…
- …

La liste des multiples attaques que nous avons déjà dû essuyer ne cesse de s’allonger. Si nous persistons à nous battre contre chacune d’elles, l’une après l’autre et chacun dans son coin, nous serons vaincus ( Comme un patient qui lutterait contre les symptômes de la maladie sans prendre le mal à la racine).

C’est dans ces combats, certes justifiés mais trop parcellaires, que nous avons laissé beaucoup de nos forces dans les années passées. Le poids de cette espèce de « routine de la lutte » avec au bout, dans le meilleur des cas, la seule perspective de ne pas trop reculer, en a découragé plus d’un.

L’état et les patrons sont complices dans cette œuvre de destruction.

Aujourd’hui comme hier, le travailleur, pour se défendre, doit lutter contre ces deux ennemis.
Nous n’avons pas besoin de l’Etat
pour avoir un service public de qualité !
Nous n’avons pas besoin des patrons
pour produire et subvenir à nos besoins !
Leurs intérêts ne sont pas les nôtres !

Qu’ils s’en aillent tous !
Réclamons la déchéance des délinquants du Patronat et de l’état !

Image

Confédération Nationale du Travail/Association Internationale des Travailleurs (CNT-AIT)


12

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE