Non à la division des luttes !

Aujourd’hui, nous sommes en grève à l’appel des centrales syndicales enseignantes. Cette grève est légitime (les suppressions de postes sontinadmissibles), mais elle n’en est pas moins corporatiste quant au choix de ladate. Pourquoi avoir choisi de faire grève aujourd’hui, plutôt que le 11 octobre, journée de lutte interprofessionnelle? Ferons-nous également grève ce jour-là ? Les permanents syndicaux du département relayeront-ils l’appel national ?


Le mouvement isolé d’une branche professionnelle ne peut aboutir, car on ne gagne pas seul…

Pourquoi avoir choisi de diviser les travailleurs, et ainsi d’affaiblir le mouvement social ? La seule réponse possible est une gesticulation corporatiste pour préparer les électionsprofessionnelles. Cette grève est une grève de comptage, et qui ne s’inscrit pas dans une perspective réelle de lutte. Pis, elle l’hypothèque, pour un dérisoire jeu de grattage et de représentativité à des instances désertées par l’État-même.


Il faut agir au lieu d’élire !

Ne votons donc pas pour ces dirigeants syndicaux qui nous mènent en bateau, pour maintenir leur pouvoir bureaucratique dans telle centrale plutôt que telle autre. Lastratégie des centrales syndicales est un coup de poignard dans le dos des travailleurs en lutte quand le Gouvernement à la solde des riches détruit méthodiquement les sytèmes de retraites, d’éducation, de santé, et bientôt toute la Sécurité Sociale.

La riposte des centrales syndicales n’est pas à la hauteur : pire, elle s’apparente àune duperie des travailleurs qui auront cru lutter réellement et auront pour cela perdu une journée de salaire, engagement rare et précieux de nos jours. Pourquoi ne pasretenir les leçons de dix années de défaites des travailleurs, dûes aux stratégies dedivision dans le temps, l’espace et les catégories professionnelles menées par lescentrales syndicales ?


Les grèves corporatistes, perlées et non bloquantes mènent à la défaite : c’est un fait et la leçon des dix dernières années.

Quiconque le nie protège un intérêt autre que celui des travailleurs en lutte. La grève nesera pas méprisée par le Gouvernement si elle est lancée dans le respect de l’effort etde la détermination des travailleurs qui la mènent. Les travailleurs veulent lutter contre la barbarie capitaliste, et seules les grèves interprofessionnelles et reconductibles sont à même de poser le rapport de force qu’ils désirent.

Les élections professionnelles comme présidentielles n’apportent que des illusions !

Posons ensemble un rapport de force réel,par la grève reconductible interprofessionnelle !

L’émancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux-mêmes.

 

Tract du SIA 32/CNT-AIT diffusé hier.

0 commentaires à “Non à la division des luttes !”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE