• Accueil
  • > Archives pour novembre 2011

Archives pour novembre 2011

Les Journées Libertaires : Bilan

Du 14 au 18 novembre, l’Union Locale de la CNT-AIT 63 organisait ses premières Journées Libertaires, sous le slogan de nos compagnes-ons croates, « Et si on essayait une fois par nous même ? ». Organisées par nous-même, en luttant pour avoir des salles, auto-financées.

Nous sommes tombé-e-s d’accord. Malgré des choses à réctifier (normal pour une 1e édition !) ce fut un succès de notre point de vue.

Le lundi 14, « Anarchosyndicalisme à Clermont-Ferrand ». Ce débat était le moins « accrocheur » (ah la société du spectacle !), nous nous attendions à voir très peu de monde. Finalement, entre 25 et 30 personnes sont venues ! Salle pleine. Après une présentation historique et idéologique de l’anarchosyndicalisme à travers l’AIT, deux compagnons ont parlé des activités anarchosyndicalistes transposées localement. S’en est suivi un débat très intéressant, beaucoup de questions posées. Un premier succès !

Le mardi 15, « La situation en Tunisie ». 25 personnes pour venir débattre. Le compagnon du syndicat de Toulouse venu présenter à proposé de faire un débat en cercle, sans « table d’orateurs » ce qui a été apprécié. Mais son intervention n’a pas passionné et a soulevé des désaccords, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais vu qu’on est pas marxistes, il y a eu un long débat très intéressant à la suite. Le fait de choisir un débat en cercle a sûrement facilité les prises de paroles, tout comme le fait que nous ayons rappelé, comme la veille, que nous ne sommes pas des « élites intellectuelles » et ne prétendons pas détenir la science infuse.

Le mercredi 16 ,« Lucio ». Le plus gros succès en terme de personnes. 50 personnes sont venues voir le film racontant la vie passionnante de Lucio Urtubia, maçon le jour, faux-monnayeur la nuit. Et rencontrer le personnage. Malgré du grabuge provoqué par des personnes difficiles à contrôler (ravages de l’alcool), s’en sont suivies deux heures de questions-réponses, les personnes présentes étaient avides d’en savoir plus sur Lucio, parfois aussi quand même sur l’anarchisme.

Le jeudi 17, « L’affaire Sacco et Vanzetti » par Ronald Creagh. Entre 25 et 30 personnes une nouvelle fois. Et, comme lors de sa 1e venue en mars, le Temps des Cerises (sociaux-démocrates de gauche) organisait une conférence… en face de la notre avec 150-200 personnes. R. Creagh a tout d’abord placé le contexte historique avant d’en venir à l’affaire elle même. Une présentation complète… qui a fait que le débat a été assez court derrière, revenant plus sur l’actualité de la répression que l’affaire en elle même. Un autre bon moment !

Enfin, le vendredi 18, Salon du Livre Libertaire. Etaient présent les Cahiers de l’Anarchosyndicalisme de la CNT-AIT, les Editions du Monde Libertaire des groupes Arthur Lehning et Abel Paz de la FA, la liaison CGA, le CIRA de Marseille et les Editions Aldente. Ce fut le seul échec de la semaine, explicables par plusieurs éléments. Seulement une 15aine de personnes dans la journée…Et le soir, concert de soutien pour terminer cette semaine, avec le cumbia-dubstep de Critical SoundSystem, le rap conscient (et anarchiste!) de la Fibre, la oi! d’Akestekoi et enfin le punk-hardcore des Last Fuckin’ Delight. Un succès que ce concert, entre 120 et 150 personnes, certaines venues de la Creuse pour soutenir !

Dans l’ensemble, ces 1e Journées Libertaires furent un succès. Après chaque débat, la majorité des personnes venaient à la table de presse. Un noyau de personnes a assisté à toutes les conférences. En tout, c’est plus de 100 personnes qui sont venues discuter, échanger, découvrir, parfois contredire…

Un succès qui appelle une 2e édition !

Pour le communisme libertaire !

Par l’anarchosyndicalisme !

« Paix entre les humain-e-s, Guerre aux institutions ! »

 

A Durruti

Le 20 novembre 1936, tombait B. Durruti, militant anarchosyndicaliste infatigable. Aujourd’hui encore, la balle perdue qui l’a tué fait débat, entre une balle stalinienne, fasciste ou réellement perdue.

Quoiqu’il en soit, le taux d’abstention lors des élections espagnoles de ce weekend, aux alentours de 45 %, nous montre la véracité de la lutte qu’il menait.

 

« En avant contre le fascisme, frère jumeau du capitalisme ! Ni l’un ni l’autre ne se discutent, ils se détruisent ! »

« Nous allons recevoir le monde en héritage. La bourgeoisie peut bien faire sauter et démolir son monde à elle avant de quitter la scène de l’histoire. Nous portons un monde nouveau dans nos cœurs »

 

 

Camp anti-nucléaire « Valognes Stop Castor »

Pour un rassemblement anti-nucléaire en écho avec les luttes allemandes. Le train de déchets nucléaires castor ne passera pas comme ça ! Retrouvons-nous à Valognes le 22/23/24 novembre 2011 pour le bloquer et imaginer des perspectives.

Un départ est organisé de Clermont, mardi soir ou mercredi matin.

Pour en savoir plus, envoyer un mail à l’adresse suivante : sol.lefevre@gmail.com

15 Novembre à Toulouse

Le 5 juillet dernier les locaux de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse) de Labège ont été chamboulés, tagués, dans le but de protester contre sa participation à l’enfermement de mineur.e.s, parce qu’à l’EPM de Lavaur, associant la PJJ et l’administration pénitentiaire, des gosses – jugés « irrécupérables » – se faisaient défoncer par les mastards cagoulés des ERIS (Equipe Régionale d’Intervention et de Sécurité) pendant que la PJJ pleurait sur ses conditions de travail.


Le mardi 15 novembre à Toulouse, 7 domiciles sont perquisitionnés par une centaine de gendarmes qui saisissent ordinateurs, téléphones, livres, affiches et effets personnels de tou.te.s les habitant.e.s. A l’issu de ces perquisitions, 7 personnes sont placées en garde à vue, 4 autres sont auditionnées, et une famille en cours de régularisation est arrêtée puis relâchée dans la journée. Après 32h de garde à vue 4 sont placées en détention provisoire sur demande du juge d’instruction Monsieur Suc. Une personne est placée sous contrôle judiciaire, une autre doit rester à disposition du juge pour le reste de l’instruction en tant que « témoin assisté ». Les chefs d’inculpation sont les suivants : « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction ou de dégradations de biens », « violence commise en réunion sans incapacité » et « dégradation ou détérioration du bien d’autrui commise en réunion ».

Que les personnes arrêtées soient coupables ou innocentes, peu importe. En construisant toujours plus de murs, en nous enfermant physiquement derrière des barreaux ou dans des cases qui nous séparent, le système judiciaire et carcéral s’abat aujourd’hui, comme il s’abat tous les jours sur tant d’autres pour préserver les privilèges blancs, bourgeois, patriarcaux…

On ne taira pas notre rage, ni nos solidarités.

Liberté pour elles et eux !
Liberté pour tou.te.s les enfermé.e.s !

Tract trouvé sur Indymedia.

Rassemblement devant le consulat d’Espagne à Perpignan

Nous étions entre 20 et 25 à avoir bravé la pluie pour nous retrouver en soutien à nos trois compagnons espagnols incarcérés à la maison d’arrêt de Nice. L’appel de l’Union Locale de la  CNT-AIT a été relayé par d’autres organisations libertaires (CGA Vignoles et par des individus proches de nos idées ( indignés et plus si affinités!), ce qui fait que le consulat qui devait être fermé était fortement éclairé, ouvert (pas pour nous bien sur!) et ….. protégé par trois voitures de policiers qui poireautaient à l’entrée et à l’extérieur. Nous avons rapelé le but de ce rassemblement c’est à dire la liberation immédiate des trois compagnons espagnols, le refus de criminalisation de toute manifestation ou acte militant et bien sur l’arrêt de toutes les poursuites à leur encontre (sursis ou autre!).
Pas d’incidents à signaler.

 

004.jpg

Toulouse : Libération de nos compagnons !!

Suite à l’appel de la CNT-AIT de Toulouse en soutien aux trois compagnons arrêtés à Nice le 02 novembre et condamnés à trois mois de prison ferme dont un ferme pour possession de matériel d’escalade (un bâton de ski et un piolet…) nous étions une vingtaine de personnes réunies devant le consulat espagnol ce jour à 14 heures.

Nous avions deux banderoles demandant la libération des compagnons et des tracts qui étaient bien accueilli par les passants qui s’arrêtaient même pour nous exprimer leur soutien. D’ailleurs des gens du quartier nous ont fait remarquer que le consulat avait ôté les drapeaux espagnol et européen du fronton peu avant notre arrivée. 


Bien entendu, et preuve que notre présence était un foyer réel de résistance et de solidarité, la présence policière était conséquente. On notait devant l’entrée une quinzaine de CRS armés de pied en cap ainsi que les renseignements généraux.


Pour nous cette action est positive car, en plus de soutenir nos compagnons, elle s’inscrit dans le processus d’émancipation en cours dans le monde actuellement.

Des   présents sur l’action de solidarité, le 14 novembre 2011.

 

 

  dsc02484.jpg

Des clermontois-es à Gentioux

Vendredi 11 novembre, des militant-e-s et sympathisant-e-s de la CNT-AIT se sont donc rendu-e-s pour la 2e année consécutive à Gentioux, pour le 23e rassemblement annuel antimilitariste.

Malgré plusieurs annulations de dernières minutes, nous partîmes à deux voitures vendredi matin. Après un trajet parfois mouvementé, nous arrivâmes aux alentours de 10h, donc en avance. L’occasion de boire un café et de discuter. Vers 11h, le rassemblement commence. Plusieurs centaines de personnes, mais moins que l’an dernier (sûrement parce qu’il n’y avait pas de repas de la Libre Pensée, tenue par les lambertistes du POI). Mais avant, deux maires, un précédés d’un porteur d’un gigantesque drapeau français, et suivi d’un gendarme, a lu le discours officiel. Qui finit par une citation de Sarkozy. Sous les huées finales des anarchistes. Ces derniers se sont rassemblé-e-s derrière la désormais célèbre banderole des copains du groupe Arthur Lehning de la FA. Des anarchistes de la Creuse, mais aussi de Limoges, des anarchosyndicalistes de Clermont et d’autres encore… Puis une série de discours, le plus apprécié ayant été, d’un avis général, celui de la FA. Nous avions prévu de lire le texte de la KRAS-AIT (déjà posté sur ce site) mais avons essuyé un refus ferme malgré le soutien de la FA… Le POI, en bon marxistes, fait preuve d’autorité, rien ne doit dépasser. On s’est aussi demandé pourquoi il y avait le PCF, parti va-t-en guerre s’il en est, et pour la 1e fois le Front de Gauche, qui a soutenu l’intervention en Libye…

A la fin du rassemblement, une centaine de libertaires s’est retrouvée pour la traditionnelle auberge espagnole. Un moment de convivialité, même si certain-e-s ont forcé sur le houblon et le vin ! La FA y tenait son stand habituel, et nous avions demandé d’avoir une petite table de presse de 3m. Beaucoup de passage, et également beaucoup d’encouragement et de félicitations pour les Journées Libertaires ! Par contre, un « militant » du Réseau No Pasaran (le même qui avait déjà été désagréable à La Belle Rouge), qui n’était jamais venu, avait du entendre parler de tables de presse. Il a donc débarqué avec ses fringues et t-shirts habituels…

Vers 16h, nous sommes repartis, et une fois arrivé-e-s on a continué la discussion autour d’un café au local. Une bonne journée, fatigante mais enrichissante !

 

Et maintenant, rendez-vous dès ce soir pour les Journées Libertaires !!!

 

 

Liberation des 3 compagnons anarchosyndicalistes emprisonnés lors du G20 à Nice

Le mardi 2 novembre dernier, trois compagnons espagnols A,  X et M, se sont rendus à Nice pour participer à la manifestation contre le sommet du G20, dont la devise était “Le peuple d’abord, pas la finance”.  Leur entourage, ami(e)s et famille, s’inquiétant de ne les voir arriver, a tenté de les joindre sur leur portable puis ont décidé de téléphoner aux hôpitaux et à la police, craignant un accident de la route. Finalement, ils ont fini par apprendre qu’ils s’étaient faits arrêter.


Plusieurs médias espagnols et français ont annoncé leur arrestation. Selon ces médias, elle s’est effectuée avant d’arriver sur le lieu de la manifestation et pour détention d’armes. Ces prétendues armes ayant justifié leur détention puis leur incarcération sont en réalité du matériel d’escalade, plus précisément un piolet, appartenant à l’un des détenus qui fait de l’alpinisme de façon régulière comme le prouve son appartenance en tant que membre à la Société de Montagne SHERPA, N.I.F. G-26022061. Certains médias sont même parvenus à affirmer que nos compagnons portaient des pistolets (ABC, 20 Minutos, Intereconomía), ce qui est absolument faux.

Nous dénonçons le manque de déontologie et de rigueur professionnelles de ces medias qui en plus ont publié les prénoms et noms de nos compagnons leur causant des préjudices irréparables.


À ce jour, nous avons connaissance de leur emprisonnement à la Maison d’Arrêt de Nice. Ils n’ont pas encore pu communiquer par téléphone avec l’extérieur.


Nous sommes profondément inquiets par ce manque d’information et indignés face à ce que nous considérons comme une violation des droits les plus fondamentaux ainsi qu’un jugement politique visant à limiter et criminaliser les actions politiques contraires au système en vigueur.

Pour tout cela, nous EXIGEONS:

- La liberation immédiate de nos compagnons.

- l’établissement des reponsabilités ayant abouti à la privation de droits fondamentaux subie par nos compagnons, aux dégâts psychologiques et au grave préjudice à leur image et à eux-mêmes.


Nous restons impliqués et vigilants quant aux suites qui seront données à cette affaire.

Groupe Anarchosyndicaliste CNT AIT 89



Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE