• Accueil
  • > Archives pour janvier 2012

Archives pour janvier 2012

Solidarité internationale avec K. !

Il y a anguille sous Solidarité internationale avec K. ! logo_rocheNB
LogoSIA

 

Nous avons appris le licenciement abusif de K. par la société Roche-Pologne le 19 décembre 2011. Son employeur n’a donné aucune raison valable à son licenciement et les états de service de cet employé n’ont pas été mis en cause. Ceci est survenu à un moment où l’activité de K. contre l’exclusion et la pauvreté a eu un écho dans les médias. Il semble que Roche n’ait pas apprécié cela, pas plus que son activité syndicale. Nous savons que l’ordre de mise à pied de K. est venu du siège de la société Roche* en Suisse, ce qui semble bien indiquer qu’un motif « politique » soit à l’origine de la décision de son employeur.

Nous connaissons également les pratiques de Roche-Pologne qui consistent à employer de faux travailleurs « indépendants » afin de ne pas avoir à leur verser des indemnités chômage, retraites ou maladie, ni à payer de cotisations patronales.
Nous savons que c’est une pratique délibérée visant à priver les travailleurs de leurs droits et nous avons la ferme intention de dénoncer les pratiques de Roche dans nos actions ou articles à venir. Si la Société Roche pense qu’il vaut mieux se débarrasser d’un « fauteur de troubles » plutôt que de respecter le droit du travail garanti par le code du travail, elle se trompe lourdement.

Nous souhaiterions aussi ajouter que nous connaissons le montant de l’argent public injecté par le Gouvernement Polonais dans la Société privée Roche sous forme d’aides gouvernementales pour créer de l’emploi et sous forme de subventions à la production de médicaments par Roche. Ces aides publiques ont été accordées dans un manque total de transparence, ce qui semble clairement indiquer qu’une tactique de lobbying est à l’œuvre.
Il est bien ironique que des aides publiques pour « créer de l’emploi » soient ainsi attribuées à une compagnie qui fait tout ce qu’elle peut pour embaucher des travailleurs n’ayant pour statut que celui de « non-employé officiel », les privant ainsi des nombreux droits normalement garantis par leur contrat de travail.

L’argent public est l’affaire de tous les citoyens et nous avons la ferme intention de dévoiler au grand public l’usage qui en a été fait. Nous exigeons donc que le licenciement abusif de K. soit immédiatement annulé. Nous nous engageons en outre à lui porter assistance dans son procès contre Roche pour obtenir sa réintégration.

En tant que membre de la CNT-AIT, nous nous joignons à nos compagnons de la ZSP, branche polonaise de l’AIT pour exiger la réintégration immédiate de K. Dans la mesure où ce licenciement provient d’un ordre du siège social international de Roche , nous tenons pour responsable de l’issue de ce dossier la totalité de ses filiales nationales, dont évidemment Roche-France.

* Roche (F. Hoffmann-La Roche SA) est un groupe pharmaceutique suisse, et l’un des premiers groupes mondiaux du secteur. Il s’est constitué historiquement grâce à la synthèse et commercialisation de la vitamine C dans les années trente et par la production du Valium dans les années soixante.
Présent dans 150 pays, son siège se situe à Bâle (Suisse). Son chiffre d’affaires s’est élevé en 2007 à 46,1 milliards de francs suisses. L’entreprise compte environ 85 000 salariés.
Les produits vendus par Roche sont (entre autres):
Anexate, Apranax, Avastin, Bactrim, Bondronat, Cellcept, Copegus, Fuzeon, Herceptin, Invirase, Lariam, Lexomil, Librium, Lytos, MabThera, Neorecormon, Pegasys, Pulmozyme, Redoxon, Roferon, Rovalcyte, Tamiflu, Tarceva, Valium, Xeloda, Xenical, Zenapax, Rohypnol, Rivotril

Expulsion du siège de l’USI-AIT à Florence

Firenze : Ce matin à l’aube la police a évacué le squat du 4 via Conciatori, siège de l’Union Syndicale Italienne (USI-AIT), du Cercle Anarchiste Fiorentin et de « Progetto Conciatori ».
Quelques compagnes-ons opposé-e-s à cette évacuation ont grimpé sur le toit, tenté de résister le plus longtemps possible, tandis que d’autres compagnes-ons manifestaient dans la rue contre ce nettoyage. L’Union Syndicale Italienne condamne l’attaque de la police contre le siège d’un
syndicat de travailleurs-euses et remarque le haut niveau de répression que révèle ce genre d’action, d’autant plus que cette action a été commandée par un politicien dont le parti se déclare être aux côtés des travailleurs-euses.
Le maire de Firenze n’a jamais accepté le projet d’auto-récupération du bâtiment par le « Progetto Conciatori », lui préférant la spéculation privée.
Avec cette évacuation, Firenze perd une expérience d’autogestion qui a offert d’importantes initiatives culturelles mais également un projet politique et syndical unique dans sa lutte pour défendre des espaces sociaux libres, la région aux alentours et les travailleurs-euses exploité-e-s.
Une nouvelle fois l’Union Syndicale Italienne a été touchée par la spéculation qui attaque systématiquement nos sièges, exactement ce qui arriva en 1925 lorsque le régime fasciste a réquisitionné tous les sièges de l’USI, ces sièges qui ne nous furent jamais rendus par l’État italien
après la guerre.
Le Secrétariat National et la Commission Exécutive de l’USI-AIT souhaite exprimer aux compagnes-ons de Firenze et de Toscane la solidarité de l’USI et également affirmer un réel soutien à toutes les initiatives que ces compagnes-ons décideront de lancer.
Ils expriment également la même solidarité à tous ces groupes qui étaient présents aujourd’hui à l’intérieur du bâtiment à Via dei Conciatori n°4 à Firenze.
Segreteria Nazionale and Commissione Esecutiva USI-AIT , le 20 janvier.

Expulsion du siège de l'USI-AIT à Florence sgombero-sede-USI-AIT-a-Firenze-300x167

Un rapport accablant pour la centrale nucléaire de Civaux

BORDEAUX (Reuters) – L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a envoyé un rapport accablant à la direction de la centrale de Civaux (Vienne) après la découverte de fuites de tritium dans la nappe phréatique.

Ce rapport daté du 23 janvier et mis en ligne mercredi sur le site de l’ASN a été envoyé après l’inspection que l’organisme a diligentée sur place la semaine dernière.

Il met en évidence « une attention insuffisante aux risques de contamination par le tritium, tant en ce qui concerne l’état de la capacité de rétention, les programmes de surveillance du génie civil, le choix des méthodes de mesures employées par le service de prévention des risques et la formation des agents ».

L’ASN indique également qu’ »à l’intérieur de la capacité de rétention, des fissures sont présentes dans le béton, dont certaines ont manifestement fait l’objet d’une réparation d’étanchéité à l’aide de mastics ou de gels de silicone ».

Les inspecteurs ont également relevé que le revêtement armé n’était pas intègre, présentant notamment des cloques dont certaines sont percées, « révélant la présence de liquide entre le revêtement et le béton qu’il est censé protéger ».

L’Autorité de sûreté nucléaire demande que des travaux soient effectués dans les plus brefs délais et que les procédures de contrôle, d’information et d’alerte, ainsi que la formation des agents soient révisées.

EDF a indiqué dans un communiqué que les mesures effectuées dans l’eau d’un puits de contrôle des eaux souterraines situées sous la centrale après la découverte de la fuite il y a une douzaine de jours avaient révélé une concentration de tritium 67 fois supérieure à la valeur attendue pour ce type d’analyse.

L’opérateur précise toutefois que « l’eau de cette nappe phréatique ne fait l’objet d’aucun usage direct, ni pour l’eau potable ni pour les besoins agricoles ».

L’ASN avait indiqué le 3 janvier que la sûreté des centrales nucléaires françaises était suffisante pour qu’elles puissent toutes poursuivre leur activité, même si des investissements sont nécessaires pour prévenir des situations « extrêmes ».

EDF a déclaré que les demandes de l’ASN concernant son parc français devraient engendrer un surcoût d’environ 10 milliards d’euros. Ce surcoût s’ajouterait aux estimations d’investissement initiales du groupe, qui prévoyait près de 40 milliards d’euros pour prolonger de 40 à 60 ans la durée de vie de ses 19 centrales nucléaires françaises.

Claude Canellas, édité par Yves Clarisse

JUSTICE POUR WISSAM !

RDV vendredi 27 janvier 2012 devant le palais de jsutice de Clermont Ferrand à 15h !
Signer la pétition en ligne des copains de la Gauthière pour Wissam : http://www.petitionenligne.fr/petition/justice-verite-pour-wissam/2066

blog de soutien des copains de la Gauthière : http://cjvpourwissam.over-blog.com/

tout soutien est le bienvenu cjvpourwissam@gmail.com

Le FBI ferme Megaupload, les Anonymous ripostent

Megaupload et l’ensemble des sites de son réseau, très populaires dans le monde grâce à leur technologie permettant l’échange de fichiers, sont fermés depuis ce jeudi soir suite à une action du FBI ouverte en Virginie, aux Etats-Unis.

Le bureau fédéral a indiqué dans un communiqué viser « une organisation criminelle internationale accusée de piratage massif de nombreuses œuvres soumises au droit d’auteur », via Megaupload et d’autres sites dont le nom n’a pas été révélé.

Cette fraude représenterait un manque à gagner de « 500 millions de dollars » (388,2 millions d’euros) pour les ayant droits selon les enquêteurs. Selon Megaupload, ses sites compteraient 50 millions de visiteurs par jour, 150 millions d’utilisateurs inscrits et réaliseraient 4% du trafic internet à eux seuls.

L’acte d’accusation de la justice américaine vise le fondateur de Megaupload, Kim Schmitz (alias Kim Dotcom, Kim Schmitz et Kim Tim Jim Vestor), âgé de 37 ans, qui réside à Hong Kong et en Nouvelle Zélande, où il a été arrêté par la police locale ainsi que trois autres personnes. Celles-ci seraient deux Allemands (Finn Batato, responsable du marketing ; Sven Echternach, responsable du développement) et un Néerlandais (Bram van der Kolk, programmeur).

Le FBI a également affirmé avoir « exécuté plus de 20 mandats aux Etats-Unis et dans huit pays, saisi quelque 50 millions de dollars d’actifs et visé des fermes de serveurs de Megaupload à Ashburn (Virginie), à Washington, aux Pays-Bas et au Canada ». De plus, un tribunal de Virginie a ordonné la saisie de « 18 noms de domaine » associés avec la supposée « Mega conspiracy ».

Reste désormais à expliquer les conditions juridiques qui ont permis à la justice fédérale américaine de fermer entièrement un site juridiquement basé à Hong Kong et qui possède des serveurs dans plusieurs pays du monde.

Mise à jour : La réaction des Anonymous n’a pas traîné et l’attaque est d’envergure. À minuit heure française ce vendredi, ces sites sont inaccessibles :

- Le ministère de la Justice américain
- Universal Music Group (en guerre ouverte contre Megaupload et inversement)
- Warner Music Group
- Hadopi (y’a pas de raison)
- La Recording Industry Association of America,
- La Motion Picture Association of America.

01h50 : Dans un communiqué relayé par l’AFP, Nicolas Sarkozy a salué la décision de la justice fédérale américaine de fermer Megaupload. « La lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des œuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création », a commenté le chef de l’Etat.

 

Rappelons aussi l’activisme antifasciste samedi dernier, visible ici par exemple : http://rebellyon.info/Operation-Lyon-Propre.html

Ils n’auront pas nos votes !

(Ce texte nous a été envoyé par les compagnes-ons Hérope.)

 

L’occasion nous est donnée lors de l’élection présidentielle française suivie dans la foulée par les élections législatives de rejeter avec force toute cette mascarade en désertant les urnes massivement afin de dénoncer leur projet de mainmise sur nos vies, notre liberté. En votant, on donne quitus à tous ces politicards sans scrupule pour gouverner à tout prix même si le quorum n’est réellement jamais atteint (en 2007, Sarko élu avec seulement 27% des voix sur 44 millions de votants). Cherchez l’erreur !

Nous ne voulons plus qu’un seul individu épaulé par sa bande de maquignons (gouvernement, armée, police, justice, syndicats…) prétende nous représenter, parle en notre nom, prenne des décisions arbitrairement (décrets à tire-larigot), nous phagocyte, ronge jusqu’à l’os notre volonté de vivre en hommes libres !
Démontrons-leur avec force que nous ne voulons plus de l’Etat, de leur Etat qu’ils appellent mensongèrement démocratie.

Malheureusement, une grande partie de la population est déjà rongée par cette lèpre et tous avalent goulument les remèdes que leur sont offerts : petit confort bourgeois, job ou pas job mais c’est sûr dans les deux cas ils suent sang et eau, voiture si possible avec marque et jantes en alu, la maison avec petit bout de terrain qu’ils ne pourront pas laisser aux générations futures car construites pour ne pas durer, l écran plat où sont déverser dans leur subconscient malade toutes les mauvaises nouvelles de ce monde convulsé sans oublier les leçons d’économie simplifiée où on leur explique comment on doit plaindre et soutenir ces pauvres banquiers si l’on veut qu’ils continuent à condescendre leurs indispensables crédits pour payer la playstation du petit, les vacances à la mer à la montagne du petit, les godasses et le cartable de marque du petit sans oublier sur la lancée les grands, enfin toute cette poudre aux yeux si efficace pour leur faire perdre de vue l’essentiel Ils se satisfont bon gré, mal gré , avec parfois des sursauts de révolte bien vite réprimés par les maquignons à l’aise dans la foire d’empoigne car plus retors, de ce système bancal et frauduleux.
Frauduleux car le moteur de la course au pouvoir est toujours la puissance de l’argent du capitalisme sans vergogne qui place des marionnettes pour mieux le servir lors d’élections « libres ! » « démocratiques » ! ou pour nombre d’autres juteuses occasions.

On peut le constater actuellement, le lobby guerrier n’a jamais été aussi puissant. Plus de 10000 soldats français répartis dans le monde : guerres en Afghanistan, Côte d’Ivoire, Libye… interventions ponctuelles au Niger, Mali, Burkina Faso… pour asseoir des dictateurs locaux, coups de main pour renverser les récalcitrants (déjà en 1987, assassinat de Thomas Sankara à Ouagadougou au Burkina Faso qui dirigea la révolution burkinabé du 4 août 1983. Issu de la colonisation, il fait changer le nom du la Haute Volta en un nom issu de la tradition africaine le Burkina Faso, « le pays des hommes intègres » et conduit une politique d’affranchissement du peuple burkinabé en entreprenant des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes).

Sans oublier le va tout de Sarko qui sent qu’il va perdre sa place : faire monter la pression avec l’Iran pour flatter les nationalistes.

Nous ne voulons plus de guerres !

Nous ne voulons plus que des pantins décident pour nous !

Nous refusons le capitalisme outrancier, le capitalisme dans son ensemble, qui pousse les gens au désespoir, aux suicides, à l’immolation !

Le refus de voter comme moyen pour bloquer leur système efficacement, au-delà des manifestations où la répression est sans borne (combien de blessés, de morts qui n’auront pas les honneurs de la Nation) !

Non, il n’y a pas deux sortes de femmes, d’hommes : celles, ceux du pouvoir et de la coercition mis en place par des petits bouts de papier glissés dans une urne et bientôt par des votes électroniques (simplification certaine pour la fraude électorale) et les autres qui chaque jour meurent dans l’anonymat courbés de plus en plus par les contraintes , jusqu’à plier genoux pour laper le peu qu’on leur consent dans cette soi-disant démocratie, celle du fric et du bâton !

Alors leurs bulletins de vote oui mais comme papier toilette ! Tous tirons la chasse d’eau ! Soyons des millions à dire non ! Ecroulons l’Etat en refusant le vote qui n’a aucun sens, aucune légitimité !

Certains vont dire : mais c’est le seul moyen ! Non, d’autres formes d’organisation peuvent exister. Il faut tout simplement vouloir les mettre en place même s’ils veulent nous faire croire que leur système est la seule alternative.

Ce sont les mêmes qui ont amené Hitler au pouvoir. Ils préfèreront toujours la politique du pire, actuellement la montée de l’extrême-droite néo-nazi qu’ils encouragent pour ne rien lâcher !

Ne pas voter est en acte révolutionnaire ! Abstenons-nous par millions ! Écroulons leur Etat et ouvrons d’autres voies !

Herope

www.fa-heropelyon.fr.gd

Nous les anarchistes, ce qui nous intéresse, ce n’est pas la prise de pouvoir, mais la prise de conscience. « Armand Gatti »

Pôle Emploi : dedans comme dehors, Résistance !

Jeudi 5 janvier, de 08h30 à 10h15 du matin, une dizaine de militant-e-s et sympathisant-e-s de la CNT-AIT 63 se sont rassemblé-e-s devant le tribunal pour soutenir une compagne. Cette compagne, salariée Pôle Emploi, passait pour la énième fois depuis 2009 au tribunal contre Pôl(ic)e Emploi. Nous avons déployé une banderole sur les grillages: « Pôle Emploi : Chômeurs-euses radié-e-s, Salarié-e-s mis-es à pied: Même Combat ». Nous avions tiré 80 tracts, mais en 30m ils partirent. On est allé en tirer 50 de plus… qui sont partis aussi. Le tract a reçu un très bon accueil, pas mal de gens nous ont montré leur soutien. Certain-e-s se sont arrêté-e-s pour boire un café avec nous, témoigner des conditions des chômeurs-euses,  victimes du tri à Pôle Emploi… Le fait que nous appelions à s’unir entre chômeurs-euses et salarié-e-s qui l’ouvrent a été bien perçu…

Voici le texte du tract :
                                                                                   PÔLE EMPLOI:CHÔMEURS-EUSES, SALARIE-E-S
                                                                                                                    MÊME COMBAT !

    Nous nous rassemblons aujourd’hui devant le tribunal pour soutenir une salariée de Pôle Emploi, également militante au syndicat de la CNT-AIT 63.

    Le 29 décembre 2008, elle est victime d’un accident du travail. A la sortie du travail, elle glisse sur le parking enneigé de Pôle Emploi, se fracturant le poignet et la mâchoire. La direction n’avait pas fait évacué la neige. Un certificat médical constatera les lésions. Un expert demandera à ce que Pôle Emploi prenne en charge les frais occasionnés par l’accident. En 2010, elle subit deux opérations du poignet prises en charge par Pôle Emploi. Elle envoie également un devis à son employeur pour le remboursement des frais dentaires. Pôle Emploi refuse… Elle saisit donc le tribunal, mais les représentants de Pôle Emploi ne se rendront pas au jugement… et recevront une amende, qu’ils ne paieront jamais. Lors du second jugement, en présence des deux parties cette fois, le tribunal se déclare inapte à juger et demande un recours contentieux. La commission concernée se réunie, hors-délais, à Paris, et il est signalé à la salariée concernée que sa présence est non-souhaitée…  Pôle Emploi refuse à nouveau de régler ce que l’expert à demandé. Nouvelle action au tribunal, en novembre 2011, mais Pôle Emploi est à nouveau absent… On apprendra que Pôle Emploi a téléphoné à l’expert pour le faire changer d’avis, ce qu’il refusa… Selon ce dernier, notre compagne ne pourra plus travailler dans les mêmes conditions à cause de son accident à la mâchoire… mais Pôle Emploi refuse de considérer cela comme un accident du travail.

    L’Union Locale de la CNT-AIT 63 demande que le tribunal reconnaisse :
Les décisions de l’expert
La responsabilité de Pôle Emploi dans cet accident
L’indemnisation due à la salariée

    Mais nous voyons plus loin que ce conflit. En effet, Pôle Emploi, qui dépend du ministère de Xavier Bertrand, passe outre les décisions du tribunal. Nous y voyons une expression de la lutte des classes, où les possédant-e-s déclarent la guerre aux travailleurs-euses, aux chômeurs-euses… Car non contents de traiter les chômeurs-euses de manière inhumaine, Pôle Emploi dénigre aussi ses salarié-e-s. Enfin, la CNT-AIT n’étant pas un syndicat qui pratique le dialogue social avec les patrons, et qui lutte pour renverser le capitalisme, nous trouvons que notre compagne, militante anarchosyndicaliste, a subit beaucoup depuis 3 ans pour une affaire finalement simple. Nos positions étant claires et radicales, cette affaire apparaît comme un moyen de faire taire et de décourager celles et ceux qui s’opposent à la politique menée par Pôle Emploi, dedans comme dehors… Nous nous demandons dès lors si
                                                            PÔLE EMPLOI NE PRATIQUERAIT-IL PAS LA REPRESSION SYNDICALE ?

 

A l’intérieur du tribunal, l’ambiance était moins bonne… Un homme qui s’est cassé l’épaule au travail en est sorti, apprenant que c’était sa faute… Lors du jugement, notre compagne a voulu prendre la parole, ce qui lui fut refusé… Le résultat sera communiqué le 2, mais on se prépare déjà à avoir du négatif…

Alors on ne se taira pas. C’est aussi pour ça que mardi 17 janvier, un groupe de militant-e-s de la CNT-AIT a participé à ce qui devait être une occupation mais qui a été un rassemblement social-démocrate, devant l’agence Pôle Emploi de Près-la-Reine.  A part nous, CGT, MNCP, PCF et Occupy Clermont. On a diffé le tract du 5 janvier, qui a été très bien reçu. Une élue républicaine avec sa jôlie écharpe tricolore l’a refusé…

Une attaque contre l’un-e est une attaque contre toutes et tous !

CNT-AIT en lutte !

Pour l’anarchosyndicalisme

 

Débat Public à Montluçon samedi 21 janvier

 

Samedi 21 janvier à 20h, rendez-vous à « Sur le Pouce » au 12 rue Jean Jaures à Montluçon !

L’Union Locale de la CNT-AIT 63, le Groupe AnarchoSyndicaliste de l’Yonne (GASY) et le Syndicat CNT-AIT 71 organisent une discussion sur les techniques de luttes.

 

 

Débat Public à Montluçon samedi 21 janvier debat-techniques-lutte-21janvier2012-219x300

DE CLERMONT A LYON: AUTO-ORGANISATION OU ENCADREMENT ?

Samedi 14 janvier, étaient organisées une marche à Clermont pour Wissam, par le Collectif Justice et Vérité pour Wissam, et une manifestation antifasciste à Lyon, contre celle des Jeunesses Nationalistes, organisée par le Collectif de Vigilance Antifasciste 69.

 

    Nous avions décidé de nous séparer en deux groupes. Samedi donc, branle-bas de combat au local dès le matin. Tracts et pétitions pour Wissam mais aussi drapeaux, journaux et tracts pour Lyon (cortège libertaire sur place). Pour Clermont, rien du tout, à part nous-même, car on n’est pas les Verts ou le NPA, la collecte des voix ne nous intéresse pas.

 

    Arrivé-e-s à Lyon vers 13h30, nous nous rendons à l’endroit du départ, où CGA, OCL, Voraces et nos ami-e-s de la CNT «Vignoles » se mettent en place… A côté, le Front de Gauche se prépare aussi. Un vieil anarchiste gueule que nous n’avons rien à faire à côté des Mélanchonistes (nationalistes aussi), qu’on a pas besoin d’elleux, qu’illes ont finalement pas grand chose à faire là… mais un paquet de libertaires le regardent bizarrement. Un militant CGA nous file leur mégaphone, nous parlons vite fait de Wissam, les premières pétitions tournent… ainsi que les premières prises de bec avec le FdG qui nous explique que la police est d’essence républicaine et qu’un bon gouvernement, c’est une bonne police… La manif débute, nos tracts du communiqué pour Wissam partent vite. Environ 1500 personnes, un cortège libertaire assez rempli. Plein de non-encarté-e-s… Les marxistes-léninistes, les trotskistes et les syndicalistes (Vignoles aussi) font les gros bras au SO, avec des brassards rouges. Comme l’impression que certain-e-s ont des pratiques plus que limites pour une manif antifasciste. Vers la fin de la manif, une centaine de personnes s’en prennent aux CRS, cachés derrière une barricade, les jets de projectiles divers se multiplient… ce qui a pour réaction d’énerver la police derrière la manif, la BAC sur le trottoir… et le SO. Au milieu du cortège, nous entonnons « Stop bavures à Clermont-Ferrand, Wissam est mort sous les coups de la police » devant des regards parfois interloqués. Mais ça a permis aussi d’entamer des discussions, avec des jeunes, des non-encarté-e-s, présent-e-s non pas pour une quelconque orga mais pour montrer leur rejet total du fascisme et de l’État. Une manif tranquille, bien encadrée. Quelques anarchistes partiront dégoûté-e-s. On aura au moins appris que le PS, les Verts, la CGT (souvenons-nous du délogement des sans-papiers des Bourses du Travail de Paris…) ou le FdG sont « antifascistes » (première nouvelle) et peuvent manifester tranquillement au milieu de révolutionnaires pourtant en nombre. Des partenaires, à la limite (plusieurs anars lyonnais-es sont à la CGT…) A la fin, on nous prête un mégaphone pour parler de Wissam. A peine on débute, la  sono CGT et son camion nous recouvrent… Un compagnon CGA va les voir pour leur dire que c’est pas très sympa… La CGT fini son discours et on peut enfin se faire entendre(on a refusé d’aller parler du camion CGT malgré les propositions…). On lit le communiqué du CJV pour Wissam. On fait signer des pétitions… Fin de la manif… L’anarchiste du début s’en prend à la CNT « Vignoles », accusée de collaborer avec le PS, le PCF et compagnie, d’encadrer celleux qui veulent en découdre avec l’État… « Il a bu, il pense pas ce qu’il dit »… Bref, une unité plus que large pour une manif tranquille. La chose qui nous a fait dire qu’on était pas monté-e-s pour rien, c’est les pétitions pour Wissam…     

 

    Place du 1e mai à Clermont-Ferrand, nous arrivons un peu avant l’heure prévue, les insurgé-e-s du quartier de la Gauthière distribuaient déjà, gratuitement, t-shirts « Personne au dessus des lois», mais aussi beaucoup d’autocollants divers tels « Pas de justice pas de paix » et autres slogans radicaux. On nous confirme que la manifestation du Bloc Identitaire en soutien à la police (!) a été annulée (ou comment l’État fabrique des martyrs et victimes bien utiles en ces temps troublés…) et semble être repoussée à samedi prochain…A 14h15, nous estimons que 2000 personnes partent en direction de la préfecture, derrière une grande banderole « Justice et Vérité pour Wissam » scandant les slogans des autocs’. Comme à leur habitude, depuis une semaine, les insurgé-e-s du collectif sont très réactifs-ives, la spontanéité est de mise, et montre une nouvelle fois son efficacité (cf article « Stop Bavures »). Résultant du refus de ces derniers que le SO soit assuré par la police, ils ont imposé le leur, plus que courtois, correct, spontanément anti-autoritaire, en harmonie avec les manifestant-e-s dont ils font partie (paroles d’anars!!). D’autres banderoles agrémentent le cortège, telles « Pas de Justice, pas de Paix », « Nous sommes tous Wissam »… Dans le cortège grossissant, un mélange métissée, une solidarité inhabituelle se créait entre groupes qui ne se côtoient malheureusement que rarement (« jeune des quartiers », familles, punks, skinheads antifascistes…), bref aucune animosité, bien au contraire. Une leçon de Résistance Populaire et Autonome !!  Contrairement à Lyon, on a pu voir un politicien tenter vainement de calmer l’ardeur « Pas de Justice pas de Paix » d’un manifestant membre du SO…  Arrivé-e-s à la pref, nous sommes environ 3500 sous l’émotion des discours de l’entourage de Wissam (un de ses frères rappelle qu’il y a pire que les assassins, ceux qui les couvrent…). Les flics, quant à eux, se sont tenu-e-s à distance, peut-être géné-e-s par les nombreux « Police assassin »… Devant la pref, les 2/3 des manifestant-e-s hurlant à plein poumons « Police assassin », ça secoue les tripes… (pour comparaison à Lyon, le même slogan fut entamé par une infime minorité de manifestants… et le pire, pas repris par les anarchistes officiel-le-s…). Un jeune du collectif, a conclut son discours par ces mots « On lâchera pas, pas de politique, pas de récupération » (ce qui confirme que le « politique » est pour les politicien-ne-s…). La manif se dispersera tranquillement, et 500 à 600 personnes rentreront au quartier en criant « Police assassin » derrière la banderole « Pas de Justice pas de Paix ».

    De retour au local, de Lyon ou de Clermont, deux sentiments totalement opposés. Celleux rentrant de Lyon dégoûté-e-s, celleux de Clermont avec beaucoup d’émoi, d’espoir, emerveillé-e-s par une telle solidarité massive et spontanée. La sensation commune de la réconciliation d’une classe en lutte. Finalement, les anarchistes devraient passer à la Gauthière pour voir en parole et en acte l’auto-organisation, et la Résistance Populaire et Autonome spontanées. Une leçon…

                                                                                                                                                                                                                                Des militants de la CNT-AIT 63

STOP BAVURE !

Dans la nuit de la Saint Sylvestre 2011, Wissam jeune clermontois trentenaire est interpellé et battu à mort (cotes cassées, traumastimes multiples…) de manière « musclée » par des policiers dans le quartier de la Gauthière à Clermont Ferrand. En effet plongé dans la coma, il décède 8 jours plus tard. Dans les quartiers nords de la cité auvergnate, la tension monte surtout après le déploiement policiers et militaires (plus de 400 bleus, hélicos,…) mise en place par la préfecture pour réprimer, interpellant nombre de jeunes des quartiers, jugées bien évidement immédiatement pour l’exemple. Ah biensur, quelques bagnoles symbole de la propriété, de l’individulisme et du consumérisme béat ont cramés… On parle de la mort d’un homme où la résponsabalité policière est évidente et où les policiers mise en cause sont seulement en congés.
Face à cette guerre sociale déclarée et instaurée notamment par la préfecture, l’entourage de Wissam accompagné de personnes solidaires éprises de justice et de liberté, le « comité justice et vérité pour Wissam » voit le jour… Faisant partie du comité, nous, anarchistes nous avons été très bien accueillis par les camarades de Wissam, tout se met en place pour le moment avec des pratiques auto-gestionnaires (mise en place d’un QG, prévisions d’actions, répartitions des roles et des taches…) de manière naturelle…

La vérité doit éclater pour Wissam, pour les interpellés, pour nous !

FLICS, PORCS, ASSASSINS ?

Que cessent ces exactions policières, véritables cow-boys, qui ne sont autres que le résultat d’une politique sécuritaire mise en place notamment par la préfecture donc le ministère de l’intérieur, donc du gouvernement, donc de la présidence assujetis aux intérets capitalistes.

OUI LA RESISTANCE S’ORGANISE A LA BASE PAR LA BASE !
JUSTICE POUR WISSAM !
samedi 14 à 14h départ place du 1 mai à Clermont Ferrand, tous à la marche pacifique et silencieuse !

12

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE