• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

Archives pour janvier 2014


123

[Communiqué] : L’HDV, un squat en paix

transmis par l’HDV
Bal tragique à l’Hôtel des Vil-e-s, 2 blessé-e-s, Marion Tefflon et Boris « Pare Balles » Noris sauvent soixante personnes du fusil d’un chasseur myope non idéologisé.
L’histoire commence dans la principauté de Chamalières, havre de paix et de sécurité pour une trentaine de néo nazis qui s’épanouissent dans une réserve naturelle protégée : 12 % de logements vides, 15% de logements sociaux, 30 policiers municipaux et 65 % des ménages qui paient l’impôt sur le revenu, une sorte de Center Park dirigé par un roi aimable et doux. Mais quelle mouche a bien pu pousser les sympathisants des panzers et des chants de la Waffen SS à quitter leur belles côtes pour le centre ville (tout noir) de Clermont ?
1 – le refus des clermontois d’un local FN à Clermont
2 – la menace d’une invasion maoïste
3 – leur grands frères de Lyon qui les traitent de couille molle
4 – rendre une bd à la bibliothèque
5 – aller voir un concert qui dénonce les expulsions illégitimes d’immigrés

Tout cela à la fois sans doute. Mais maintenant, après des heures d’enquête et des témoins dignes de foi, nous pouvons nous positionner :
Vous ne nous ferez jamais dire que depuis un an, des milices d’extrême droite en mal de pluralisme politique ont multiplié leurs agressions dans le centre ville de Clermont, tabassant et violant « de temps à autres » le militant de gauche, la maghrébine… Nous ne sommes pas de cette engeance paranoïaque et complotiste !
De même, nous tenons à faire taire les rumeurs comme quoi la police aurait bâclé ou précipité l’enquête. Grâce à leurs services, nous sommes maintenant persuadé-e-s que l’auteur de la fusillade se promenait seul, perdu hors de Chamalières, un fusil à canon scié lui servant de cane (quand on a rien chez soi, on fait avec ce qu’on a, à quoi vous réduit la misère je vous jure), se rendant au Raymond Bar à la recherche d’un hypothétique concert. Quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur un squat dont il ignorait l’existence et dont il apprend consterné qu’on y pratique le prix libre. Il a eu ce geste noble (vu dans un « Envoyé spécial » sur l’intervention Serval au Mali) de tirer huit coups en l’air pour prévenir qu’il arrivait et dégager la chaussée encombrée de pré-pubères communistes. Mais par une grande maladresse, combinée à notre malchance naturelle, il n’a pu éviter que les plombs tirés ne croisent quelques malheureuses têtes, mains, coudes et autres mollets. Toutefois, nous aurions souhaité une meilleure répartition des plombs dans le public. Avec deux victimes, on voit bien qu’encore une fois ce sont toujours les mêmes qui vont toucher de la thune, ce qui va à l’encontre de notre aspiration à une répartition égalitaire des richesses.
Ce communiqué en hommage aux victimes permettra de rééquilibrer la partialité des médias locaux toujours prompts à crier au loup quand la bergère est occupée à vendre de la coke. Et si pour vous la plaisanterie a assez durée, alors unissons nous autour de positions communes, refusons le fascisme, la misère qui l’alimente, son impunité, pour qu’il ne revienne plus frapper à notre porte.

Fusillade : Clermont-Ferrand passe tout près d’une affaire Méric

Un marginal proche de groupes néonazis locaux fait feu en pleine rue sur des militants de la cause des sans-papiers : cela s’est passé vendredi à Clermont. L’enquête a été expédiée et l’affaire jugée hier… pour l’enterrer plus vite, à quelques semaines des municipales ?

« J’étais en train de boire une bière dehors, quand un type est arrivé en hurlant. » Quelques secondes plus tard, Marion reçoit des plombs dans le cuir chevelu alors qu’elle tente, avec une vingtaine de personnes, de se replier dans le squat associatif l’Hôtel des vils, à Clermont-Ferrand. L’assaillant tire à huit reprises.
la suite ici

[Communiqué CNT-AIT/63] : NI FASCISME, NI REPUBLIQUE BOURGEOISE

« Il n’y a que deux routes pour la classe ouvrière, la Liberté, ou la victoire des fascistes, qui veut dire la Tyrannie. Les combattants des deux côtés savent ce qui est en réserve pour le perdant. Nous sommes prêts à mettre fin au fascisme une fois pour toutes, même en dépit du gouvernement Républicain. » Buenaventura Durruti, 1936.

Le 17 janvier, Kevin Pioche, néo-nazi de 21 ans, venait tirer au fusil à canon scié sur des spectateurs-trices d’un concert de soutien à des sans-papiers. Deux personnes furent blessées par les plombs. Lundi 21, il passait en comparution immédiate.

 Avant toute chose, nous souhaiterions dénoncer le rôle des médias. Il suffit de lire les trois articles de la Pravda locale, La Montagne, à ce sujet : le tireur a utilisé une carabine, c’est une querelle pas un acte politique, on parle de cet acte de terreur dans un article sur les comparutions immédiates… Le tireur n’aurait pas d’idéologie vu qu’il n’appartiendrait à aucun parti… L’utilisation « extrême droite » permet de ne pas utiliser ce dont il se revendique : le nazisme, et le fascisme. Sans compter la différence de traitement : lors de l’occupation de la Place de Jaude en septembre dernier, lors du procès de la militante arrêtée suite à notre évacuation par les CRS, lors du procès du militant MNCP… La Montagne prend toujours la version policière. Dès lors nous nous interrogeons : qui insuffle la peur ? Au delà de la Montagne, c’est la presse bourgeoise en sa totalité qui joue ce jeu puant. A travers de tels articles, ce sont les groupes antifascistes et le soutien aux personnes en situation d’étrangisme qui sont visées.

 Pour un procès annoncé comme « non-politique », c’était super fliqué… 10 flics dedans, 10 devant la porte, 10 dehors plus RG et civils. Le procès passe en deuxième, il faut évacuer ça très vite. L’accusé a eu un parcours chaotique. Sa version est remplie de contradictions, sans aucune logique : « C’est fait, c’est fait ». Il refuse de s’excuser devant les deux blessé-es, bien que ses camarades ne soient pas venus dans la salle de procès. Il veut garder sa fierté mais refuse de divulguer ses idées. Notons des éléments troublants : on nous explique qu’il n’avait pas l’intention de tuer, son casier judiciaire a « disparu ». Le procès a été bâclé, des témoignages et plaintes ont été refusés (pour ne pas « polluer l’enquête »), la plaque d’immatriculation de la voiture de ses complices ne sera jamais utilisée…

Cependant, nous pensons que ce n’est pas le tireur qu’il faut mettre en cause. La responsabilité revient au capitalisme. Avec un parcours comme le sien, comment se fait-il que le tireur s’est jeté dans l’idéologie nazie ? Le capitalisme a besoin de cela, de nous diviser entre exploité-es selon notre lieu de naissance, notre couleur… Or nous appartenons toutes et tous à la même classe. De plus quand on voit qu’une ministre se fait insulter de « gueunon » et que son propre gouvernement ne réagit pas, on comprend que les fascistes se sentent en toute impunité. Nous savons aussi qu’historiquement, « la gauche est la salle d’attente du fascisme » (L. Ferré). Banaliser les idées fascistes n’est qu’un outil, l’État veut réellement faire monter le fascisme.

Nous nous interrogeons: imaginons qu’un entarteur anarchiste s’en prenne au futur maire PS, que se passerait-il ? La presse parlerait de « terrorisme ». Rappelons-nous que les accusé-es de Tarnac ont fait un an et demi de tôle… en préventive. Qu’en Espagne, deux compagnons de la CNT-AIT ont pris un an ferme pour… un piquet de grève. Que la répression s’abat de manière bien plus violente sur nos compagnons de l’ASI-AIT en Serbie, de la ZSP-AIT en Pologne…

Si l’antifascisme est une nécessité, reste à savoir comment. Localement, nous pensons que la solution n’est pas dans un collectif de cartels virant vers la sociale-démocratie, ni la version extrême gauche, testostérone et violence jusqu’à ce que ça dérape complètement… Il faut des luttes de classe victorieuses, autonomes.

Enfin, pour nous anarchosyndicalistes, il est clair que la tôle ne résout rien et n’a jamais rien résolu. La prison n’éliminera rien puisque l’État ne va pas tuer ce qu’il engendre… Il faut abolir cette société capitaliste, autoritaire, qui a besoin du fascisme pour se maintenir en vie. Il faut reprendre la lutte des classes, sans aucun compromis que ce soit.

 

Syndicat des Travailleurs-euses et Précaires/CNT-AIT 63

22 janvier 2014

Comparution immédiate du tireur de vendredi soir : lundi 20 à 14h‏ (palais de justice CFD)

Salut à toutes et tous,

Comme annoncé dans le communiqué, nous tenons informé des suites.
Des plaintes/témoignages ont été refusées au commissariat. La Montagne reprend la thèse policière que c’est une querelle non politique. Un des blessés a été opéré hier soir.
L’accusé passe en comparution immédiate (sans commentaires…) demain à 14h selon diverses sources. Nous appelons à être présent-es devant le tribunal demain lundi à 13h30 au palais de justice de Clermont Ferrand (confirmer par la montagne de ce jour via Web) .
Salutations anarchosyndicalistes
STP/CNT-AIT 63
PS : rassemblement mercredi 22 janvier à 16h devant la Préfecture

[Communiqué CNT-AIT/63] : TIRS FASCISTES PAR ARME A FEU A CLERMONT-FERRAND

s

 

C’est seulement en se libérant de la peur que l’homme peut gagner sa liberté » Buenaventura Durruti, 1932.

Vendredi 17 janvier 2014 vers 23h15, un fasciste a tiré délibérément par arme à feu à plusieurs reprises sur un groupe de personnes, qui assistaient à un concert de soutien pour le retour d’une famille arménienne. Deux personnes ont été bléssé-es (tête, main et genoux) et
emmené-es aux urgences. Les deux bléssé-es ont porté plainte et les résident-es du lieu ont posé une main courante. Nous leur assurons notre soutien total.
Le Syndicat des Travailleurs-euses et Précaires/CNT-AIT 63 condamne fermement cet attentat. Après le meurtre de Clément Méric, les agressions fascistes continuent en toute impunité. Nous constatons qu’en ces périodes de crise capitaliste, c’est avec une aisance déconcertante que les militants fascistes montent toujours d’un cran dans la violence. A Clermont- Ferrand, du détournement des affiches de films dans le Centre Jaude, de la perturbation du cercle de silence (cf le journal Exclusif numéro 34) , des menaces de morts sur les murs à Chamalière (La Montagne du 11 juin 2013, le Nouvel Observateur du 12 juin 2013), aux provocations lors de l’occupation de la Place de Jaude (septembre 2013), la gravité des faits n’a fait que croître. Qu’un militant fasciste nous rappelant l’esthétique nazie (tel Brievik en Norvège), ait pu se procurer une arme et venir tirer sur une foule, devant la passivité de toutes les institutions, nous force à croire que cela était malheureusement prévisible.
L’histoire nous apprend que seule une révolution sociale et libertaire détruira le fascisme, qui n’est que le produit d’un capitalisme en décomposition. Il faut dès aujourd’hui organiser une pression constante: manifestations, ripostes, autodéfense populaire. La CNT-AIT informera le plus largement possible, et soutiendra toutes celles et ceux qui s’organisent et luttent de manière autonome contre le capitalisme et ses fléaux.
Contre le fascisme, la lutte des classes.
Syndicat des Travailleurs-euses et Précaires/CNT-AIT 63
18 janvier 2014

En téléchargeable, à diffuser !!

fichier pdf Attentat

 

20-01-14 : Dernières infos : voir commentaires

Dimanche 19 janvier à 14h, Pour l’avortement et la contraception libres et gratuits, en Espagne comme ailleurs !

Le Syndicat des Travailleurs-euses et Précaires/CNT-AIT 63 appelle à rejoindre le rassemblement en solidarité avec les espagnol-es en lutte pour le droit à l’avortement, qui vient d’être quasiment interdit par l’Etat espagnol. Nous ne sommes pas signataires de l’appel « unitaire » qui regroupe des organisations bourgeoises et/ou aux pratiques sexistes. (PS, FdG, etc…). RDV dimanche 19 à 14h Place de Jaude.

Le tract que nous diffuserons est la traduction du communiqué confédéral de notre soeur d’Espagne, la Confederacion Nacional del Trabajo-AIT :

 

fichier pdf Avortement esp

STP/CNT-AIT 63

La CGA contre le racisme d’Etat !

Au plus haut sommet de l’Etat français1, les politiques suivies se caractérisent par leur apparente similitude. Que se soit la gauche ou la droite qui se retrouve aux affaires, les gouvernants gèrent de manière identique la question des flux migratoires. Les marchandises peuvent allègrement franchir les frontières hexagonales, mais les êtres humains ne bénéficient pas de la même mansuétude. Bien au contraire.

Les populations qui souffrent dans leurs pays d’origine et qui tentent de fuir les conditions de précarité, de misère sociale et même très souvent les risques inhérents aux brutalités criminelles de leurs gouvernant-e-s, ces populations voient tout naturellement dans les pays européens une solution à leurs maux.

Les décisions des « Politiques » en la circonstance tournent autour de deux aspects pourtant contradictoires. D’une part, la gestion humaine (humanitaire) des différents cas rencontrés et d’autre part les discours en provenance des ministères, fleurant bon le racisme, en l’occurrence le racisme d’Etat.

Le cas de la jeune « Léonarda » et de sa famille est extrêmement révélateur. Le 9 octobre cette jeune Rom Kosovare était expulsée vers son pays d’origine.

Le Ministre de l’intérieur communiquait sur l’impossibilité des Rroms à s’intégrer, relayant les discours racialistes des officines d’extrême droite ou de droite…

Le Parti de gauche a déclaré à cet effet que « la lepénisation des esprits a décidément pris ses quartiers place Beauvau ». Mémoire défaillante, quand on sait que le patron de ce parti, alors Ministre délégué à l’enseignement professionnel couvrait les pratiques dilatoires des pensionnaires de la place Beauvau de l’époque : Chevènement du 30/12/1998 au 29/08/2000, suivi de M. Vaillant du 29/08/2000 au 07/05/2002. Des ministres Communistes et des ministres Verts faisaient du reste de même.

La lepénisation des esprits trouvait alors l’occasion de se manifester vis-à-vis des milliers de Maghrébin-e-s expulsé-e-s à grand renfort politique qui perdura après 2002 sous la houlette d’un certain N. Sarkozy.

Les dérives racistes en provenance des sommets de l’Etat tentent de se légitimer dans le recours aux sondages qui attribuent des satisfécits aux politiques menées contre les ressortissant-e-s étranger-e-s.

L’objectif principal du gouvernement, en stigmatisant les populations vouées à l’exclusion est de masquer sa soumission aux nantis et aux patrons et de conforter les politiques antisociales qui vont avec.

Aujourd’hui le PS et ses allié-e-s, hier l’UMP et les centristes, en toile de fond le FN et les groupes fascistes radicaux, tout ce monde s’adonne à la surenchère raciste et déroule des discours d’exclusion à quelques nuances de violence près…

Il est vrai que pour les politiciens aux affaires et pour celles et ceux qui aspirent à y parvenir, il est plus aisé de s’attaquer à celles et ceux qui souffrent le plus de la violence économique et sociale du capitalisme que de s’atteler à régler les problèmes auxquels sont confronté-e-s des millions de salariée-s, retraité-e-s, chômeurs et chômeuses de ce pays.

Il est une vérité immuable : Ce ne sont ni les immigré-e-s, ni les Roms qui licencient, qui réduisent les salaires, qui cassent les retraites ou qui augmentent tous les prix, dont ceux des loyers, mais ce sont bien les capitalistes, les propriétaires, les étatistes et leurs fidèles allié-e-s politiques.

Du miel pour les nantis, des privations et des vexations pour les plus faibles, telle est la devise du gouvernement actuel et de tous ceux qui l’ont précédé.

Aujourd’hui, nous devons montrer notre détermination à lutter contre ces politiques iniques et refuser en bloc tout ce qui fait le terreau de l’extrême droite!

Dès maintenant, nous nous devons d’assurer la mobilisation la plus large, pour qu’enfin nous puissions stopper l’acharnement contre les Immigré-e-s, les Sans Papiers, aujourd’hui les Rroms et les dérives à caractère raciste.

Aucun Être humain n’est illégal ! Régularisation de toutes et tous les sans-papiers !

 

Perpignan le 21 décembre 2013

L’équipe des Relations Extérieures de la CGA

 

1) Ceci est valable pour l’essentiel des Etats européens

Y aura pas de Valls avec Dieudonné…

Tiré de La Horde

 

LDepuis quelques semaines, Manuel Valls etDieudonné se partagent la vedette, l’un dans la posture de l’ultime rempart contre l’antisémitisme, l’autre se drapant dans le rôle de victime du système : si on a publié un grand nombre d’articles pour démontrer la crapulerie mercantile et antisémite de Dieudonné, nous ne sommes pas dupes du battage médiatiqueautour de l’interdiction de ses spectacles et de leur instrumentalisation à des fins politiciennes par le ministre de l’Intérieur. Des camarades engagés dans le mouvement propalestinien ont écrit le texte ci-dessous, dans lequel nous nous retrouvons.

Non, décidément nous n’irons pas au bal de ces deux vampires. Ces deux là nous sont vraiment trop ignobles. On n’en peut plus de les voir ni de les entendre, et leur duo de matamores à deux balles nous fout les boules. Vous reprendrez bien un peu de Valls avec votre Dieudonné ? Non merci, on a déjà la nausée. Ah ça, les deux se sont trouvés à la même hauteur. L’un est à l’extrême droite du PS, l’autre à l’extrême droite tout court, en somme à peu près dans le même cul de basse fosse. Non, mais vous les avez bien regardés ? Dieudonné avec un tiroir caisse à la place du cœur, recomptant patiemment ses billets à la sortie de son bouge et l’autre, Valls, avec un plan de carrière pour toute morale, qui n’en peut plus de se mirer dans son habit de ministre, en attendant mieux, beaucoup mieux.

C’est que nous les connaissons bien ces deux là, ils sont les symboles de cette époque merdique. Il ont tout trahi, tout renié, leur condition, leur classe, leurs origines. L’un pour un maroquin, l’autre pour un fond de commerce. Mais nous avons appris de nos vieux camarades, cet adage inébranlable : ni oubli ni pardon. Aussi nous nous rappelons, Valls, quand fin 2002, tu venais à la Mutualité discourir sur la Palestine que tu avais soit disant chevillée au corps, pour finalement te découvrir, quelques mois plus tard, sioniste par ta femme. Nous nous souvenons aussi des Blakos et des Blancos, histoire de flatter le cul électoral et grappiller les quelques voix qui aurait pu te manquer. Et puis toi le soi-disant fils de refugié, échappé de la dictature franquiste, à peine installé place Beauvau, tu livrais Aurore la basque à la police espagnole. Ce jour-là, c’est toute la Catalogne et Orwell qui se sont retournés dans leur tombe. Et puis tout le reste, et puis tiens celle-là encore, pas vrai Manuel, sur les Roms qui n’auraient pas leur place en France. Et elle est où leur place, hein, Dupont–Lajoie ? À Auschwitz comme en 1940 ?

Et maintenant à l’autre baltringue, Dieudonné, soutier, harki de l’antisémitisme. Toi non plus, nous n’oublions rien. Et en premier lieu que tu te sois servi des Palestiniens comme marche pied pour pouvoir faire ton beurre sur les Juifs. Toi qui comptes tes millions et n’as jamais donné un centime pour la Palestine, toi qui n’as jamais levé le petit doigt pour soutenir vraiment les Palestiniens. Non, tu as préféré monter ton business sur leur dos. Antisioniste ça rapporte surtout des emmerdes, mais antisémite, tu viens de le démontrer, ça rapporte des millions. Cracher sur la Shoah et ses victimes, c’est tellement plus facile que de combattre un Etat. Faurisson sur scène, en criant « vive la Palestine », ça fait monter le chiffre d’affaires, pas vrai ? Grâce à toi, salaud, dans la tête de milliers de gens, Palestine égal nazi. Les sionistes en ont rêvés, Dieudonné l’a fait! Toi et ta bande de margoulins genre Pilori, nazis aux petits bras planqués derrière la Palestine et la banlieue. Vous nous faites gerber. Et puis dis nous, grand militant de la cause noire, comment ça se passe avec Tonton Le Pen ? Vous discutez de quoi les dimanches en famille, de races et de courses à pied ? Et avec ton pote Batskin et ses amis mercenaires, grands chasseurs de nègres devant l’éternel, vous vous racontez des souvenirs d’Afrique ?

Non décidément, on ne dansera pas cette danse-là. Valls le pourri, Soral L’enflure et Dieudonné le Traitre peuvent aller se rhabiller. Nous savons à qui en fin de compte cette danse du ventre est destinée. Dieudonné plus Valls ça donne Le Pen à la sortie. Car, Dieudonné et le calife Soral sont des vieux tapins du borgne et de sa fille, charger de racoler en banlieue, entre deux quenelles à cent balles et un stage de survie. Tout ça à force, ça fait un petit pécule et ça fait toujours des voix pour les Le Pen. Quant à Valls, il nous refourgue sa vieille martingale mitterrandienne. Faire mousser Dieudonné, c’est faire monter le FN, et ça en temps électoral ça nous promet des belles triangulaires…hein Manuel ? Toi, on pourra dire que t’auras mouillé la chemise pour les municipales !
Tout ça pour dire que cela ça fait longtemps qu’on leur crache à la gueule et qu’on n’a attendu personne pour traiter comme il se doit les racistes et les antisémites, qu’ils soient ministres ou boutiquiers. A grand coup de pied dans le cul !

A bon entendeur, salut !

Thomas Sommer (Flottilles pour Gaza)
Patrick Treze (XIe mission CCIPPP, Mouqatah 2002)

Guide « S’organiser contre l’expulsion – Que faire en cas d’arrestation ? »

lu sur parisluttes

Cette brochure, mise à jour en 2012, décrit la procédure à laquelle sont confrontées les personnes sans-papiers lorsqu’elles sont arrêtées par la police et donne des conseils juridiques et pratiques pour s’en sortir au mieux. Elle s’adresse autant aux personnes sans papiers qu’à leur entourage et à toutes celles et ceux qui luttent contre la machine à expulser.

Pendant que les lois défilent, la chasse aux sans-papiers s’intensifie, comme la répression tous azimuts, d’autant plus qu’en ce temps de crise les boucs émissaires sont de plus en plus nécessaires.

Guide Le guide « Sans-Papiers : s’organiser contre l’Expulsion. Que faire en cas d’Arrestation ? » a pour but de trouver des moyens pour s’opposer concrètement aux expulsions et ne sert donc pas pour constituer un dossier de régularisation.
Il s’agit d’un guide pratique et juridique, écrit à partir d’expériences de luttes de ces dernières années, pour s’organiser contre les expulsions :

  • De l’arrestation à l’aéroport, connaître et utiliser les procédures juridiques pour tenter d’obtenir la libération des personnes interpellées.
  • S’organiser collectivement pour mettre la pression sur la préfecture, les tribunaux, les consuls…

Le guide a été révisé et réédité pour la dernière fois en février 2012. Il s’appuie autant que possible sur l’expérience pratique de l’application des nouvelles lois (surtout dans la région parisienne). Cependant cette expérience est encore limitée. D’ailleurs, l’interprétation des nouveaux textes fait débat et de futures modifications sont probables. Si vous avez des commentaires, des expériences à transmettre, ou bien pour prendre contact, vous pouvez écrire à :anticra@laposte.net

Il est possible de lire le guide en ligne ou de le télécharger dans différentes langues (français, arabe, anglais, chinois) sur le site :

sanspapiers.internetdown.org

Il est également disponible, par exemple, au local auto-organisé de lutte et de critique sociale « Le Rémouleur« , au 106, rue Victor Hugo, 93170 Bagnolet. Disponible également auprès de la CNT-AIT 63.

Ni matraque, ni quenelle : de quoi Dieudonné est-il le nom?

L’Action antifasciste de Nantes vient de sortir un dossier concernant Dieudonné et la polémique actuelle. Ci-dessous, un court extrait, et le document à télécharger.

Des militant-e-s qui combattent le sionisme et qui subissent la répression du système, il y en a. Parmi eux : Georges Ibrahim Abdallah encore incarcéré, Rachel Corrie, écrasée par un bulldozer de l’armée israélienne en 2003.
Ne vous trompez pas, les résistants ne remplissent pas les Zéniths, ils croupissent en prison. Il n’y a plus rien d’amusant dans le cynisme d’un Dieudonné dévoré par ses obsessions. Il n’y a rien d’anti-système à faire la même quenelle qu’un flic, un militaire ou un millionnaire. Les sketchs de Dieudonné ne sont qu’un moyen de propagande malsaine comme un autre. L’antisémitisme comme les autres formes de racisme se nourrit d’ignorance, de désespoir social, d’absence d’alternative.

A nous tou-te-s de reprendre l’offensive créative, de mener le combat culturel pour l’émancipation, la liberté, l’égalité.

 

PDF ici :  http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2014/01/dieudonne_Nantes.pdf


123

Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE