ET CE MATIN, ON M’A PARLÉ DE RACE…

Ce matin, je suis allé faire un tour voir le 1e mai. Bon il se passait rien, je discutais avec des compagnons. Je vois une « femme » (ouais je met des guillemets si ça se trouve elle est déconstruite ahah) se balader tranquillement avec une pancarte « Femme Race Classe ».

La race fait son grand retour, mais non non pas chez l’Action Française et compagnie, chez l’extrême gauche, jamais à cours d’idées de merde. Au cas où vous ne le saviez pas, l’humanité est divisée en race, les blancs (tous des connards) et les noirs (et aussi les jaunes, et aussi les métisses… et aussi… les juifs…). On nous parle de « racisé-es » (oui oui selon ta race, d’ailleurs crache ici on va prendre ton ADN voir si t’es trop blanc ou pas assez noir), de « lutte de race ». La dernière fois qu’on en a parlé, c’était… au Rwanda, là même ou toute la classe politique dit qu’il n’y a pas eu grand chose.

Sortez une bassine :

moi, j’ai envie de dire : c’est le reste de la société qu’il faut éduquer, [...] c’est le reste de la société occidentale, enfin de ce qu’on appelle, nous, les souchiens — parce qu’il faut bien leur donner un nom —, les Blancs.

ceux, qui dans la hiérarchie raciale, bénéficient du privilège d’être blancs

Il y a le clivage de classe mais aussi le clivage de race.

Dixit Mme la chef du PIR, Houria Bouteldjia, petite bourgeoise qui vient distiller son poison racialiste. Ce discours se diffuse.

En effet ce matin, je vois donc cette femme. Je l’apostrophe comme un « salopard de mâle blanc hétéronormé » qui a envie de montrer ses privilèges à la face des racisé- es » (Sérieusement, on entend des choses comme ça…). Je lui demande des explications, elle me parle de la commission féministe de je sais pas quoi qu’elle va chercher. Je lui dit que je m’en tape je parle pas à des commissions. Elle me dit c’est un livre d’Angela Davis. Ah. « Y’a pas de races ». Elle me dit que si, pour moi non mais envrai si, il y a des races. Le ton monte, on se chahute, jusqu’à ce qu’elle me dise « Petit blanc va ». Un crachat et je m’en vais.

C’est la première fois ici que je vois, que j’entends un discours racialiste, que je me fait traiter de « petit blanc » et ce, sans réactions aucune autour (merci…). On parie que je suis déjà fiché « raciste » à l’extrême gauche ?

A l’heure où la bibliothèque anarchiste La Discordia s’est fait brisée les vitrines par ces mêmes racialistes, à cause de son positionnement tout simplement… révolutionnaire. A l’heure où la conflictualité est de retour depuis quelques semaines, où les attaques s’enchaînent, les procès aussi… Non, ça on s’en fout, parlons race.

Que crèvent les racialistes et leur moral.
Une individualité anarchiste, qui ne rentre dans aucune case.

0 commentaires à “ET CE MATIN, ON M’A PARLÉ DE RACE…”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Sondage

Désolé il n'y a aucun sondage disponible actuellement.

lyceededemain |
alternativewittenheim |
Section cantonale de La Gra... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | RESISTER, S'INSOUMET...
| Europa Linka
| AGIR ENSEMBLE